Les 4 ans d’Happy’vet

« Cela fait aujourd’hui 4 ans que les portes du cabinet se sont ouvertes. C’était un projet fou dans l’univers vétérinaire mais je n’ai jamais eu le moindre doute sur la nécessité d’être là pour aider. 
Ce que je n’avais pas prévu c’est qu’il y avait tant à faire, tant de maîtres et d’animaux à secourir!
Ce que je n’avais pas prévu non plus c’est de quelle façon cette expérience allait me changer. Changer ma relation avec les animaux et avec leurs humains. 
Tous les remerciements que vous nous adressez, nous vont droit au cœur, à moi même et à toute mon équipe. 
Nous faisons de notre mieux chaque jour, même si parfois ce n’est pas suffisant…
Et je tiens moi aussi à remercier cette équipe formidable, solidaire et dévouée aux animaux. 
Merci de m’avoir fait grandir, de m’avoir montré qu’on pouvait donner encore plus. 
Bon anniversaire Happyvet ! »                                  
                                                                                                                       Karine Massé

Harold Tisch, ostéopathe.

P1040630

Présentation des professionnels de la santé animale intervenant au cabinet Happy vet :

Dans ce premier volet, Harold Tisch Rotenberg, ostéopathe inscrit au RNA (OA55)

« J’ai toujours aimé les animaux et ai très vite désiré en faire mon métier, c’est tout naturellement que j’ai pensé, en premier lieu, à devenir vétérinaire » Les choses devaient se passer autrement… Après un échec de la classe préparatoire vétérinaire, Harold se retrouve dans le flou « que faire maintenant ? C’est par hasard que j’ai découvert (sur de la presse équine) une école d’ostéopathie animale ouverte à tous, à Brighton, en Angleterre.
Je me suis renseigné, j’ai alors découvert l’ostéopathie au travers la lecture des ouvrages du père de l’ostéopathie animale ( Le docteur Dominique Giniaux ) et je me suis donc lancé. »

ZOOM

« J’ai réalisé 3 ans d’études en ostéopathie animale à Brighton à l’ESAO.
Puis 5 ans d’études en ostéopathie animale à Rouen au NIAO d’où je suis sorti en 2011.
Je me suis formé en sellerie et saddle fitting (action d’adapter une selle à un couple cheval / cavalier.) au haras du pin en 1 an.
J’ai un diplôme d’algothérapeute (traitement par les algues) équin.
Je me forme encore régulièrement à différentes méthodes ostéopathiques. Les dernières en date sont une approche dite tissulaire et une méthode nommée Niromathé.
J’enseigne actuellement dans cette école de Rouen depuis maintenant 6 ans. »

« Si je devais résumer ce qu’est l’approche tissulaire, je dirais que c’est un concept ostéopathique signifiant que seuls les tissus savent. Cela permet de ne plus être dans des schémas biomécaniques uniquement, mais de prendre en compte qu’un sentiment mal vécu par exemple peut provoquer une ou plusieurs zone(s) de verrouillage(s). L’action n’en est que plus profonde.
La méthode Niromathé quant à elle correspond à ce que l’on pourrait appeler une méthode réflexe. On travaille par des petits mouvements rapides sur la peau afin de faire réagir différentes structures plus internes (muscles, organes, ligaments..). Cela est possible, car la peau, les muscles et les viscères ont comme point commun les nerfs qui les innervent.

UNE ANECDOTE

Une anecdote sur vous Harold ?
« J’aime les sports collectifs à cheval. Je m’entraînais quotidiennement en Normandie près de Lisieux. Les chevaux de ce club faisaient simplement partie intégrante de nos vies et de notre sport. Sans eux, jamais je ne serais arrivé à un si haut niveau. La preuve est que plus de 15 ans après je me souviens encore de leur nom… : Alpha, Viva, Iberico, Billy, Ablette, Far West, Newton, Bemery, Maeva, Venus, Thaïs, Philibert, Vicky …. Le horse-ball m’a aidé à combler un manque.
Car avant d’être horse-balleur, j’ai surtout été joueur de polo. J’ai dû arrêter par manque de moyens pour le haut niveau. »

Intoxication à la perméthrine chez le chat

perméthrine

Le soleil est de retour et les puces aussi… il est bien sûr nécessaire de traiter nos loulous, mais ce, en toute sécurité.                                                              Mise en garde sur le risque d’empoisonnement du chat au produit anti-puces.

Celui-ci est malheureusement assez fréquent et peut avoir des conséquences dramatiques, il est donc vivement recommandé dans un premier temps de LIRE les notices associées aux anti-parasitaires ! Car si certains s’utilisent aussi bien chez le chien que chez le chat (attention toutefois à respecter la posologie) ce n’est pas toujours le cas et il est indispensable de vérifier la composition du produit. En effet, tout traitement composé de molécules de la classe des pyrethrinoides sont à proscrire chez le chat ! Focus sur la PERMETHRINE qui est une molécule présente dans de nombreux produits antiparasitaires destinés aux chiens et qui sont utilisés sur les chats par des propriétaires mal informés de cette toxicité. Si vous avez les deux espèces (chat et chien) et que vous traitez le chien avec un produit anti-parasitaire contenant de la perméthrine, il est conseillé d’éviter tout contact entre chien traité et chat pendant au moins 12 heures. Ceci afin d’éviter tout ingestion par comportement de léchage de la part de votre chat sur son ami le chien.  Le chat est dépourvu d’un enzyme essentiel pour la métabolisation de cette molécule au niveau du foie, il ne faut donc pas grand-chose au chat pour être intoxiqué par celle-ci.

Les premiers symptômes sont avant tout NEUROLOGIQUES et peuvent survenir très vite, se manifestant par des spasmes musculaires et parfois une agressivité du chat envers vous ou ses congénères.
hyperthermie avec une hypersalivation
Mydriase (pupille dilatée)- cécité temporaire
Démarche vacillante – incoordination motricité
Convulsions – contractions – tremblements
Et malheureusement, si ces convulsions ne sont pas maîtrisées rapidement avec le traitement, des séquelles irréversibles au niveau du cerveau ( œdèmes) , peuvent être présentes si le chat survit.
On peut aussi noter des signes digestifs et respiratoires :
Vomissement
Diarrhée
Anorexie
Détresse respiratoire – tachypnée

Sont autant de symptômes qui doivent vous alerter.
Si le mal est fait, il faut agir VITE. Première étape (celle-ci doit être mise en place MAXIMUM 1 h après application du produit, le plus tôt sera le mieux.): le laver avec du liquide vaisselle, ne soyez pas choqué, c’est sans danger et très efficace dans ce cas pour sauver la vie d’un loulou. L’eau ne devra pas être trop chaude, ce qui risquerait d’accélérer la diffusion du produit, puis, gardez le bien au chaud pour éviter un choc thermique. Dès lors, on fonce chez le vétérinaire le plus proche, même si aucun antidote spécifique pour le traitement de l’intoxication à la perméthrine n’existe, il est nécessaire  de mettre en place un traitement symptomatique (éviter les signes neurologiques) L’arrêt des convulsions ou tremblements et le maintien d’une température corporelle normale sont les deux critères à viser dans le traitement.

 

Une fois pris en charge par une équipe médicale, il ne vous sera plus possible de faire grand chose malheureusement si ce n’est attendre. Et sans vouloir être alarmiste nous désirons tout de même rappeler que le taux de MORTALITE chez le chat lié à cet empoisonnement est de 15% !!!

Donc ! Nous serons d’accord pour dire que mieux vaut prévenir que guérir et qu’en cas de doute, il ne faut pas hésiter à demander l’avis d’un vétérinaire ou d’une auxiliaire vétérinaire.  

Un article un peu long mais si cela peut vous éviter des drames…

L’homéopathie

Toujours désireux de se former, afin d’apporter les meilleurs soins à vos chouchous, les membres de notre équipe ont suivi une formation en homéopathie. Choix en accord avec vos demandes de plus en plus nombreuses pour une alternative de soins à des traitements classiques, sans effets secondaires ou négatifs. 

Lucille Devlaminck, notre consultante en médecine chinoise et communication animale prescrit déjà depuis des années des produits naturels tel que la propolis par exemple. Cette formation pour le reste de l’équipe était pour nous une suite logique de l’évolution de notre cabinet. L’équipe s’y met doucement et avec plaisir. 

Celle-ci a permit à nos ASV de mieux connaître tous les bienfaits de l’homéopathie et de pouvoir vous proposer une large gamme de produits.

Comme pour l’homme, chez nos amis à 4 pattes, les traitements homéopathiques peuvent être prescrits pour des nombreuses affections : respiratoires, digestives, articulaires, le stress, l’anxiété…

N’oubliez pas que la santé de votre animal est importante et qu’un avis vétérinaire reste indispensable.