Intoxication à la perméthrine chez le chat

perméthrine

Le soleil est de retour et les puces aussi… il est bien sûr nécessaire de traiter nos loulous, mais ce, en toute sécurité.                                                              Mise en garde sur le risque d’empoisonnement du chat au produit anti-puces.

Celui-ci est malheureusement assez fréquent et peut avoir des conséquences dramatiques, il est donc vivement recommandé dans un premier temps de LIRE les notices associées aux anti-parasitaires ! Car si certains s’utilisent aussi bien chez le chien que chez le chat (attention toutefois à respecter la posologie) ce n’est pas toujours le cas et il est indispensable de vérifier la composition du produit. En effet, tout traitement composé de molécules de la classe des pyrethrinoides sont à proscrire chez le chat ! Focus sur la PERMETHRINE qui est une molécule présente dans de nombreux produits antiparasitaires destinés aux chiens et qui sont utilisés sur les chats par des propriétaires mal informés de cette toxicité. Si vous avez les deux espèces (chat et chien) et que vous traitez le chien avec un produit anti-parasitaire contenant de la perméthrine, il est conseillé d’éviter tout contact entre chien traité et chat pendant au moins 12 heures. Ceci afin d’éviter tout ingestion par comportement de léchage de la part de votre chat sur son ami le chien.  Le chat est dépourvu d’un enzyme essentiel pour la métabolisation de cette molécule au niveau du foie, il ne faut donc pas grand-chose au chat pour être intoxiqué par celle-ci.

Les premiers symptômes sont avant tout NEUROLOGIQUES et peuvent survenir très vite, se manifestant par des spasmes musculaires et parfois une agressivité du chat envers vous ou ses congénères.
hyperthermie avec une hypersalivation
Mydriase (pupille dilatée)- cécité temporaire
Démarche vacillante – incoordination motricité
Convulsions – contractions – tremblements
Et malheureusement, si ces convulsions ne sont pas maîtrisées rapidement avec le traitement, des séquelles irréversibles au niveau du cerveau ( œdèmes) , peuvent être présentes si le chat survit.
On peut aussi noter des signes digestifs et respiratoires :
Vomissement
Diarrhée
Anorexie
Détresse respiratoire – tachypnée

Sont autant de symptômes qui doivent vous alerter.
Si le mal est fait, il faut agir VITE. Première étape (celle-ci doit être mise en place MAXIMUM 1 h après application du produit, le plus tôt sera le mieux.): le laver avec du liquide vaisselle, ne soyez pas choqué, c’est sans danger et très efficace dans ce cas pour sauver la vie d’un loulou. L’eau ne devra pas être trop chaude, ce qui risquerait d’accélérer la diffusion du produit, puis, gardez le bien au chaud pour éviter un choc thermique. Dès lors, on fonce chez le vétérinaire le plus proche, même si aucun antidote spécifique pour le traitement de l’intoxication à la perméthrine n’existe, il est nécessaire  de mettre en place un traitement symptomatique (éviter les signes neurologiques) L’arrêt des convulsions ou tremblements et le maintien d’une température corporelle normale sont les deux critères à viser dans le traitement.

 

Une fois pris en charge par une équipe médicale, il ne vous sera plus possible de faire grand chose malheureusement si ce n’est attendre. Et sans vouloir être alarmiste nous désirons tout de même rappeler que le taux de MORTALITE chez le chat lié à cet empoisonnement est de 15% !!!

Donc ! Nous serons d’accord pour dire que mieux vaut prévenir que guérir et qu’en cas de doute, il ne faut pas hésiter à demander l’avis d’un vétérinaire ou d’une auxiliaire vétérinaire.  

Un article un peu long mais si cela peut vous éviter des drames…

3 Comments on “Intoxication à la perméthrine chez le chat

  1. Pingback: La piroplasmose – Votre Cabinet Solidaire

  2. Bonjour consciente des dangers des produirs anti puces, que peut on mettre come anti puces sur les chats?

    • Bonjour, nous ne pouvons pas citer de produits en particulier. Choisissez des produits adaptés sans composants dangereux pour votre chat (tel que la perméthrine). N’hésitez pas à demander conseil à votre vétérinaire ou votre pharmacien 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *